Logo des Jeux Olympiques

Judo et Jeux Olympiques

Le judo a fait son entrée aux jeux olympiques de Tokyo en 1964 où étaient présents 74 judokas pour un total de 27 pays, cette compétition était ouverte exclusivement aux hommes, il faudra attendre encore un peu avant que les femmes puissent y participer, leur première apparition fut en 1988 à Séoul en tant que sport de démonstration. En 1992 pour les jeux olympiques organisés à Barcelone le nombre de compétiteurs était de 437 participants pour 93 pays. Il ne faut pas oublier le judo paralympiques qui fait son apparition officiel en 1988.

Évolution du problème des catégories de poids

Explication des raisons données par les tendances opposées

Introduction

L’excellent ouvrage de Claude Thibault « Un Million de Judokas » consacre un chapitre à ce qu’il considère, à juste titre, comme une bataille, toute pacifique d’ailleurs, celle des catégories de poids.

L’auteur fait remarquer que « l’énumération de propos et d’opinions peut paraître fastidieuse au lecteur non averti. Mais le problème des catégories de poids a dominé l’organisation du Judo français durant la décennie 1950-1960 et il est indispensable de l’évoquer sans développer les importantes incidences « politiques » qu’il a pu avoir.

Ce chapitre, remarquable par son objectivité, retrace le long combat de partisans et adversaires des catégories de poids.

Argumentation des deux partis

En essayant de brosser un rapide résumé de l’histoire du conflit, on peut estimer, de façon schématique, qu’il opposa, à l’origine, une minorité ayant pratiqué d’autres sports de combat à une majorité formée par le Judo et ayant conservé une optique plus technique que sportive.

Précisons que la bonne foi des uns et des autres ne pouvait, à aucun moment, être mise en doute. La lutte fut ardente et les articles de la presse de l’époque en faveur de l’un ou l’autre des partis furent passionnés et quelquefois même virulents.

Les partisans des catégories de poids faisaient observer que le Judo qui, depuis quelque temps connaissait l’organisation de championnats, devait se plier à une règle, commune à tous les sports de combat : celle de l’existence de catégories de poids.

Les conservateurs rétorquaient que ce dernier, par son « esprit », ne pouvait être comparé aux autres sports et que précisément cet esprit et la technique eussent été trahis par l’établissement des catégories de poids.

Dès lors, un long dialogue de sourds s’engage, chacun développant une argumentation dont les propos de Jigoro Kano formaient, en général, la base. Les opposants aux catégories ayant cité le Père du Judo en ses idées directrices, les partisans rétorquaient par ces autres phrases de Kano : « Le Judo, par nature, ne peut être classé comme sport. Les compétitions de Judo doivent rester privées. Il n’y a pas de titre de champion comme dans les autres sports de combat ».

L’esprit ayant été transgressé par l’établissement de championnats et le Judo étant ainsi devenu un sport de combat, sans doute pas comme les autres en raison de la stricte étiquette qui le régentait, mais sport de combat tout de même, il n’y avait pas de raison valable pour s’opposer, selon les « sportifs », aux catégories de poids.

Les discussions auraient probablement duré encore fort longtemps si l’admission du Judo aux Jeux Olympiques n’était venue fort opportunément terminer le débat dans un sens favorable aux tenants des catégories.
Il y a tout lieu de penser qu’aujourd’hui, la sérénité s’étant établie dans tous les esprits, on considère qu’à part la participation à des championnats, rien n’est changé dans la vie des clubs et que le « petit » continue toujours à s’entraîner avec le « gros » à la satisfaction générale.

Aperçu chronologique

L’opposition se déclare ouvertement lorsqu’en 1953, les enseignants de la commission mixte de L’OSSU demandent aux représentants fédéraux d’admettre des catégories de poids pour les championnats universitaires :

  • Refus de la Fédération,
  • Pas de championnats universitaires en 1953, 54, 55, 56.

A partir de 1957, la Fédération admet les catégories de poids en universitaires et, en 1958, se déroulent à Beauvallon, France, les premiers championnats d’Europe universitaires avec 3 catégories de poids.

Alors que l’Union Européenne de Judo organise les championnats d’Europe en 3 catégories de poids depuis 1957, et même une Coupe en 1952 et 1954, la France, bien qu’ayant participé à certains d’entre eux, n’instaure ces 3 catégories. 68 kg 80 et plus de 80, en ses propres championnats qu’en 1961, les juniors les connaissaient depuis 1960.

Cinq catégories sont admises au Congrès de l’ UEJ en 1964 et les premiers championnats d’Europe avec 5 catégories se déroulent Madrid, en 1965. Le Congrès de la Fédération Internationale entérine ces 5 catégories, seniors et juniors, 63, 70, 80, 93 et plus de 93 kg, en Octobre 1965 à Rio et c’est sous cette formule que ce sont déroulés les cinquièmes championnats du monde à Salt Lake City, USA, en 1967.

Conclusions

Le Judo a mis dix ans pour prendre un tournant important. Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions formelles sur les modifications qui ont pu lui être apportées par l’instauration des catégories de poids. Toutefois, on peut constater un certain nombre de faits encourageants :

  • la grande participation dans toutes les catégories lors des différentes compétitions,
  • la mise en évidence d’un excellent Judo chez des légers qui auraient eu du mal à s’exprimer.
  • après une période de démarrage où la technique fut peut être un peu boudée, on assiste, dans tous les pays, à un travail considérable pour développer des techniques très pures.

Le Judo est un sport dynamique par excellence et ne peut vivre sans une recherche constante : l’établissement des catégories de poids entre dans cette évolution. Il sera bientôt intéressant d’établir des statistiques sur la fréquence des techniques en fonction des catégories de poids et d’établir des parallèles avec les statistiques antérieures.

Catégories de poids depuis 1998

Homme :

  • -60 kg,
  • -66 kg,
  • -73 kg,
  • -81 kg,
  • -90 kg,
  • -100 kg,
  • +100 kg

Femme :

  • -48 kg,
  • -52 kg,
  • -57 kg,
  • -63 kg,
  • -70 kg,
  • -78 kg,
  • +78 kg

A l’heure actuelle 38 pays ont obtenu des médailles aux jeux olympiques, la France en a gagné exactement 32 et se classe en deuxième position derrière le Japon comme le montre le classement ci-dessous des dix pays les plus médaillés des jeux olympiques.

Les dix pays les plus médaillés

Pays Or Argent Bronze Nombre médailles
Japon 23 12 13 48
France 10 5 17 32
Corée du Sud 7 11 12 30
Cuba 5 7 8 20
ex-URSS 5 5 13 23
Chine 4 1 4 9
Pays-Bas 4 0 7 11
Pologne 3 3 2 8
Italie 3 3 5 10
Espagne 3 1 2 6

La France a donc remportée 32 médailles mais reste loin derrière le japon avec 48 médailles dont 23 d’or. Nos adversaires direct dans ce classement sont la Corée du Sud et Cuba. La France est le leader des pays européens.

Les Français médaillés aux Jeux Olympiques

Année Ville Argent Bronze Or
1972 Munich Jean-Paul COCHE, Jean-Jacques MOUNIER, Jean-Claude BRONDANI
1976 Montréal Angelo PARISI, Patrick VIAL
1980 Moscou Angelo PARISI, Thierry REY Bernard TCHOULLOUYAN
1984 Los Angeles Angelo PARISI Marc ALEXANDRE, Michel NOWAK
1988 Séoule Marc ALEXANDRE Bruno CARABETTA
1992 Barcelone Catherine FLEURY, Cécile NOWAK Pascal TAYOT Bertrand DAMAISIN, David DOUILLET, Nathalie LUPINO, Laetitia MEIGNAN, Stéphane TRAINEAU
1996 Atlanta Djamel BOURAS, David DOUILLET, Marie-Claire RESTOUX Christine CICOT, Christophe GAGLIANO
2000 Sydney Séverine VANDENHENDE, David DOUILLET Larbi BENBOUDAOUD, Céline LEBRUN Frédéric DEMONTFAUCON, Stéphane TRAINEAU

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Navigations dans les articles

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Êtes-vous un robot ? *