Hommes en Judogi

Les origines du Ju-Jitsu

Le Ju-jitsu est un art martial élaboré au japon à l’époque féodale. Son historique est relativement difficile à établir. En effet, outre son ancienneté, les nombreuses écoles (RYU) qui enseignaient cet art, conservaient précieusement leurs secrets techniques.

A cette époque, le combat à mains nues était l’apanage des paysans qui n’étaient pas autorisés à posséder des armes. Pourtant, c’est la caste des samouraïs qui développa le Ju-jitsu. Pour ces guerriers, le BUSHIDO (code moral) imposait l’égalité des armes entre deux combattants. Ainsi, si un guerrier se trouvait désarmé pendant le combat, son adversaire se devait abandonner son arme. C’est pour pouvoir combattre à mains nues que les samouraïs développèrent ces techniques efficaces de combats à mains nues.

Le Ju-jitsu ou  » art de la souplesse « , est ainsi l’héritier, à la fois d’un code moral chevaleresque très strict et des techniques de combat éprouvées. Réunissant en une même technique, l’ensemble des coups (atémi waza), des projections (nage waza), et des contrôles (katame waza), il permet de maîtriser tous les aspects du combat de corps à corps.

En 1882, s’inspirant de deux grandes écoles japonaises, KITO RYU JU-JITSU et YOSHIN RYU JU-JITSU, respectivement école de  » la chute et de l’élévation  » et école du  » cœur de saule « , le Maître JIGORO KANO réactualise ces techniques et fonde sa propre méthode de Ju-jitsu qu’il baptise JUDO  » voie de la souplesse « .

D’autres tentatives ne rencontrèrent que peu de succès, jusqu’à l’arrivée d’un expert japonais Maître KAWASHI, empreint, lui aussi, d’une forte personnalité doublée d’une finesse d’esprit remarquable. C’est avant la seconde guerre mondiale qu’il donne au Ju-jitsu et au Judo un essor nouveau en inventant notamment les ceintures de couleur, et en créant une méthode s’adaptant parfaitement à notre esprit. Le Judo amorce alors son développement en France.

Cependant, l’essor du Judo de compétition fera perdre à cet art martial son caractère de self-défense : les techniques d’atémi disparaissent pratiquement de l’enseignement, tandis que se développe parallèlement le Karaté. Très vite, le Judo sportif prend le pas sur l’art martial et le Ju-jitsu est à nouveau délaissé.

C’est en 1970 que, sous l’impulsion de Bernard PARISET, la Fédération Française de Judo et Disciplines Associées ( FFJDA ) décide de revenir aux sources des arts martiaux en mettant au point une méthode de self-défense regroupant l’ensemble des techniques de projection, de strangulation, de luxation et d’atémi appelée ATEMI JU-JITSU.

Depuis lors, cette méthode de combat, sans doute l’une des plus complètes, ne cesse de se développer, en complément du Judo. Il s’agit là du véritable renouveau du Ju-jitsu en France.

En 1982, une Fédération Européenne de Ju-jitsu est créée.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Navigations dans les articles

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Êtes-vous un robot ? *